En bref

Le Centre de recherche sur les innovations sociales (CRISES) est un regroupement stratégique du Fonds de recherche du Québec – Société et culture (FRQSC) regroupant une centaine de chercheuses et de chercheurs dont les travaux portent sur les innovations et les transformations sociales. La programmation scientifique actuelle du Centre cible plus spécifiquement la contribution des innovations sociales à la justice sociale et environnementale dans quatre domaines : les politiques et les pratiques sociales, les territoires et milieux de vie, les organisations sociales et collectives et, enfin, le travail et l’emploi.


La force d’un réseau diversifié et pluriel

Fondé au Québec en 1986, le CRISES fut un précurseur de la recherche sur les innovations sociales. Il est aujourd’hui l’un des principaux réseaux de recherche francophone dans ce domaine. Le Centre regroupe 50 membres régulier-ère-s provenant de 10 institutions, soit l’Université du Québec à Montréal (UQAM), l’Université du Québec en Outaouais (UQO), l’Université Laval, l’Université de Sherbrooke, l’Université Concordia,HEC Montréal, l’Université de Montréal, l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC), l’Université du Québec à Rimouski (UQAR) et l’Université TÉLUQ. Il compte également sur la participation et la contribution d’une cinquantaine de membres associé-e-s provenant du Québec et de l’extérieur de la province.

Le CRISES a aussi été un pionnier de la recherche partenariale. Aujourd’hui plus que jamais, il poursuit cette approche de co-construction des connaissances par la co-production des pratiques et des politiques.

Enfin, le CRISES est résolument interdisciplinaire. Les domaines de recherche et les regards disciplinaires des membres sont très variés : science politique, sociologie, économie politique, géographie, travail social, communication, études féministes, études environnementales, études urbaines, relations industrielles, gestion des organisations et bien d’autres encore. Au-delà de la diversité de leurs points de vue intellectuels et politiques, les membres du CRISES sont unis par leur intérêt et leur engagement pour le changement social et la justice sociale.


Une conception forte de l’innovation sociale

Le CRISES définit l’innovation sociale comme étant de nouveaux arrangements sociaux, organisationnels ou institutionnels, ou encore de nouveaux produits ou services ayant une finalité sociale explicite résultant, de manière volontaire ou non, d’une action initiée par un individu ou un groupe d’individus pour répondre à une aspiration, subvenir à un besoin, apporter une solution à un problème ou profiter d’une opportunité d’action afin de modifier des relations sociales, de transformer un cadre d’action ou de proposer de nouvelles orientations culturelles. En trouvant preneur, les innovations sociales ainsi amorcées peuvent conduire à des transformations sociales.

Cette définition s’articule à la conception forte de l’innovation sociale du CRISES, ancrée dans des rapports sociaux, attentive aux dynamiques de l'action collective, aux appropriations différenciées et aux conflits. Cette manière de penser et d’étudier les innovations sociales apporteune contribution originale aux débats actuels sur la transition sociale et écologique, largement dominée par les approches technocentristes.

Pour plus d’informations concernant le CRISES, consulter le site : www.crises.uqam.ca