Du lieu aimé au patrimoine collectif : Portrait du Nitassinan à travers le projet Tshishipiminu - Caroline Desbiens

Débuté en 2011, le partenariat Tshishipiminu : occupation de la rivière Péribonka et développement hydroélectriquearrive à un premier bilan de ses travaux. Selon le concept « d’acclimatation engagée », les membres de Tshishipiminu ont tenu différentes activités au fil des années afin de créer des occasions d’échanges. Le partenariat agit comme un collectif dont l’organisation est flexible et modulaire selon la nature des projets. Toutefois, les membres et leurs activités sont liés à un foyer vital : parler du territoire, le Nitassinan; et favoriser l’expression et l’appropriation des Pekuakamiulnuatsh de ce patrimoine collectif. Au terme de la première phase du partenariat, Tshishipiminu s’affaire à produire un recueil de photos issues d’un concours et de rencontres d’échanges intitulés « Voir / vivre le territoire ». À partir d’images et de témoignages individuels, nous visons à créer un « album de famille » présentant une diversité d’expériences et de visions du Nitassinan. Dans cette communication, nous ferons état de la relation entre la personne et le collectif à travers cette initiative, en ce qui a trait aux chercheurs et/ou aux membres de la communauté. Alors que les Pekuakamiulnuatsh peuvent s’impliquer de façon variable selon leur temps et intérêt, le partenariat Tshishipiminu se veut une structure dont l’impact, idéalement, devrait pouvoir perdurer au-delà des limites imposées par l’expérience individuelle et les programmes de subvention.