J’écris double, mais je me soigne !

What:
Talk
When:
Thursday Aug 16   10:00 AM to 10:15 AM (15 minutes)
Where:
Discussion:
0
Je propose d’exposer une hypothèse pratique de création littéraire numérique qui s’appuie sur des expérimentations en cours. Ces expériences pratiques placent le même texte comme l’élément central ou périphérique dans sa restitution au lecteur. Central dans sa version print et périphérique dans sa version numérique. Deux modes de restitution pour donner au texte deux usages complémentaires : une fonction de visibilité (centrale) dans le print et une fonction d’invisibilité (périphérique) au numérique.
Ce qui se voit s’affiche. Dans une affiche, dans un livre, dans tout document imprimé ou écrit à la main. Ce qui ne se voit pas s’entend et s’éprouve dans un flux, dans un film ou dans un casque VR.
Ces deux manières principales pour créer des canaux multiples de lecture pour un même texte s’appuient sur l’idée que du print au numérique, la distance n’est pas évolutive, mais un écart, un débordement permanent du processus littéraire à l’œuvre dans l’écriture print.
Autrement dit, dans ces expérimentations que je propose d’exposer, le numérique résorbe par des ajouts permanents et successifs une écriture qui de son côté tend à résoudre cette tentation de l’augmentation par l'enchâssement de locutions à la manière des poupées russes pour décrire la vie.
De cet écart qui n’est ni distance, ni trajet, mais plutôt un face à face, nous avons à disposition deux formes qui se travaillent et se créent l’une contre l’autre, si serrées qu’elles semblent déployer l’écriture non comme le scénario d’une forme, mais comme le moteur circulaire d’un processus unique dont une face est visible et l’autre face cherche à ajouter la part manquante de la vie incessamment décrite.
Participant
Université de Marseille
PhD student

My Schedule

Add to Your Schedule