L’écriture dispositive du réseau d’écrivains : la conversation comme forme éditoriale

What:
Talk
When:
Wednesday 15 Aug 08:30 AM (1 hour)
Where:
Discussion:
0

Adresser les pratiques d'écritures numériques ne peut se passer d'une réflexion sur les dispositifs qui les sous-tendent. À partir des travaux en cours d'analyse et d'archivage de l'œuvre collective Général Instin (Monjour et Sauret 2017), cette communication s'attachera à revisiter la notion de dispositif et sa portée conceptuelle et pratique dans les études littéraires consacrées aux écrits numériques.

Comme l'aiment à le rappeler les instigateurs du projet1, le Général Instin, en tant que production collective au long cours, semble échapper à toute structure et à toute contrainte. La diversité de nature de ses multiples manifestations confirme en effet une absence de forme éditoriale, caractéristique du projet, dessinant en creux une absence de dispositif.

Pourtant ce dernier ne doit pas être évacué trop rapidement. Notre travail d'archivage a progressivement fait émerger des structures et des autorités. Le dispositif est donc à rechercher ailleurs, comme en témoigne la nature environnementale de ces écritures qui tend en fait à épouser celle du web lui-même. Nous essaierons de montrer qu’en se rapprochant de l’environnement numérique, la notion de dispositif se déplace vers un dispositif-milieu, travaillé par les écritures autant qu’il les prédisposent. Ce que Rongier appelle une écriture-milieu (Rongier, 2017) fait finalement office d’écriture dispositive. Ce glissement sémantique du concept à l’adjectif nous permet de délaisser un dispositif en apparence absent, mais sans en abandonner la fonction.

L’analyse d’Instin met à jour une pratique littéraire numérique qui a peut-être su s’émanciper des formats éditoriaux propre à une certaine littérature numérique, en adoptant finalement les seules contraintes et valeurs du réseau et de ses protocoles, à savoir l’ouverture, transparence et décentralisation.

De telles écritures dispositives sont indissociables du réseau littéraire qui les a fait naître. Dans le cas d'Instin, nous montrerons comment la revue littéraire Remue.net devient la matrice d'une production collective et d’un «réseau d'intelligences» caractéristique des revues nées sur le web. Vitali-Rosati (2014) décrit ces initiatives éditoriales comme des «lieu[x] de rencontre et de discussion, de partage, de mise en question, d’échange, mais aussi, [...] un lieu qui fait ressortir et qui rend publics les résultats des rencontres et des échanges». Remue.net dans le registre littéraire, a su, comme par exemple Sens Public dans un registre critique et socio-politique, investir le web en imaginant une véritable «édition en réseau» (Mounier et Dacos 2012).

Ainsi, en tant que production littéraire ouverte et continue, le corpus Général Instin fait transparaître le caractère conversationnel de ces nouvelles écritures. Que ce soit à travers la mobilisation de l’oralité et de la performance, ou dans ses formes hypertextuelles, cette conversation littéraire semble réinventer et se réapproprier l’acte de publication, assumant pleinement leur obsolescence, et complexifiant au passage notre travail d’archivage et de catégorisation. Et confirmant sans doute ainsi la nécessité de requalifierle fait littéraire à l’ère du numérique (Monjour, Vitali Rosati, et Wormser 2016).

1 Frédérique Roussel, « Emulsion forte », Libération.fr, 27 novembre 2015, http://next.liberation.fr/livres/2015/11/27/emulsion-forte-les-destinees-du-general-instin_1416720.

Participant
Université de Montréal
Doctorant

My Schedule

Add to Your Schedule