La poésie technologique comme futurologie de l'humanité

Marinetti en 1912, dans Les mots en liberté futuriste écrit que la nouvelle poésie, qui repose sur une transformation de la langue par destruction de la syntaxe passée, doit mener à une mutation de l’homme : « Après le règne animal, voici le règne mécanique qui commence. (…) Nous préparons la création de l’homme mécanique aux parties remplaçables ». De même comme je le disais à travers les ciné-poèmes et le manifeste NOUS de 1923, Vertov explique qu’il faut parvenir à « l’homme électrique ».
Ces visions qui inaugurent les tant-gardes poétiques du XXème siècle se pose comme futurologie d’une humanité transformée, pouvant parvenir même comme le dit en fin de ce manifeste de 1912 Marinetti : à la sensibilité numérique » (oui oui il écrit vraimentt cela).

La question devient les prothèses technologiques qui expansent l’homme. En avril 1914, Marinetti crée une poésie technologique utilisant le téléphone : à savoir il va dire Zang Tumb Tumb à la galerie Doré Gallery de Londres.

Vertov propose de transformer l’image poétique de l’oeil humain par l’oeil de la caméra kinoglaz qui transforme le rapport de l’homme au monde (cadrage / montage)

Cette question des poésies technologiques, comme ouverture sur une post-humanité, comme nécessité de lier le possible de l’expression humaine à la logique de ses prothèses d’expression traverse tout le siècle et mène aux IA du XXIème siècle :
Ainsi Heidsieck démultiplie le possible sonore avec la poésie sonore et l’usage du REVOX.
Chopin et Dufrêne ouvre aux possibilités de mutation de la voix liée à l’usage aussi du REVOX
Le langage peut devenir espace graphique d’exploration Jeffrey Shaw avec legible City (1988)
Il est lié à l’archivage et à la générativité de l’ordinateur Donguy (1983) et Jean-Pierre Balpe.
Il est lié à l’interaction permise par les capteurs ou la manipulation directe d’ordinateur (Bootz , Piringer Boisnard, Castellin)

Les IA et leur possibilité de création sont au coeur de ces enjeux : l’homme parlant n’est pas extérieur à ces mutations : il est ces mutations elles-mêmes.

La poésie d’avant-garde ne propose pas que des formes esthétiques liées à la technique mais une autre appréhension de l’homme, de son devenir imprégné de son inventivité technique.
Participant
indépendant
écrivain

My Schedule

Add to Your Schedule