13.30  Patrimoine et immobilier : Étude de cas à Petite-Rivière-Saint-François, dans la région de Charlevoix

What:
Paper
When:
9:00, Tuesday 7 Jun 2016 (30 minutes)
Discussion:
0

« Dans le contexte socio-économique et socio-politique nord-américain, le paysage est une marchandise qui se vend. Il en découle que la démarche du géographe, expert en paysages par excellence, n’est pas neutre. Tout travail d’évaluation des paysages risque d’être récupéré à des fins qui n’ont rien à voir avec la sauvegarde du patrimoine culturel national et profiter les intérêts économiques d’une minorité. D’où l’urgence d’élaborer une politique d’aménagement du territoire et de développement culturel. Dans ce sens le rôle du géographe n’est pas seulement technocratique, il est aussi politique» (Raveneau, 1977)  

Dans cet extrait, tiré de la conclusion du « Projet Paisage », étude réalisée dans la région de Charevoix dont l’objectif était de donner une définition opératoire au concept de paysage, Jean Raveneau insiste sur l’importance du contexte dans lequel s’inscrit la recherche savante. À cet égard, les réflexions épistémologiques de Claude Raffestin  sont plus que pertinentes. Ce dernier considère que la science est déterminée par la société dont elle est le produit. Dans cette perspective, les études sur le patrimoine répondent à des demandes sociétales de différents ordres (économique, culturel, environnemental, etc.). Dans une époque caractérisée par ce que Guy Debord définissait comme « le monde de la marchandise dominant », soit la phase de domination de l’économie sur la vie sociale, les connaissances produites sur le patrimoine peuvent-elles réellement échapper à une « récupération » qui profite « les intérêts économiques d’une minorité ».  

Cette présentation vise à démontrer, à partir d’une étude de cas effectuée sur le secteur immobilier à Petite-Rivière-Saint-François, dans la région de Charlevoix, comment les promoteurs immobiliers insèrent le patrimoine et le paysage dans la sphère économique des échanges marchands avec l’intentionnalité d’augmenter la valeur d’échange des terrains qu’ils désirent vendre. Celle-ci se divisera en trois parties. La première partie s’intéressera aux considérations épistémologiques qui laissent croire que la science, malgré sa prétention à l’indépendance la plus totale, n’est jamais libre des déterminations proprement politiques qui animent la société dans laquelle elle se construit. La seconde partie dressera un portrait historique de ce processus de marchandisation du rural qui a pour conséquence de le transformer en un espace de consommation destiné aux urbains. Finalement, la troisième partie visera à démontrer comment l’analyse discursive est une méthode appropriée pour rendre compte du rôle joué par les concepts de paysage et de patrimoine dans la construction d’une demande pour le secteur immobilier.

 

Participant

My Schedule

Add to My Schedule as Favorite