14.00  Negotiating Aestheticized Urban Space: What About the Modernist Mass Housing Project Sitting in Montreal's Quartier des Spectacles?

What:
Paper
When:
9:00, Tuesday 7 Jun 2016 (30 minutes)
Discussion:
0

Montréal, à l’instar d’autres villes ayant adopté les principes de l’urbanisme post-fonctionnaliste, met en place depuis une décennie un projet d’esthétisation des espaces publics visant à la doter d’un quartier des arts, labellisé ici le Quartier des spectacles. Occupant un kilomètre carré à l’est du centre-ville, ce secteur prend assise sur des équipements culturels déjà établis, mais autour desquels on tente maintenant de pérenniser son identité festive en déployant un large dispositif de places à usage hybride, de projections architecturales, d’œuvres d’art ainsi qu’un vaste système signalétique. Fait singulier, l’essentiel des résidents du Quartier des spectacles vit aux Habitations Jeanne-Mance, un vaste complexe de logement social construit dans les années 1960. Si, au cours de cette première décennie de coexistence, l’ajout d’œuvres d’art sur le site patrimonial et le réaménagement de ses espaces communs a permis de désenclaver le site et de l’adapter à la nouvelle ambiance du secteur, il n’en demeure pas moins que l’intrusion de l’art en son sein amorce la renégociation de ses frontières socio-symboliques et annonce peut-être, selon notre étude, sa dissolution éventuelle. Il s’avère en effet intéressant de voir comment les projets de murales, de mosaïques et d’œuvres d’art public, en sus d’améliorer la qualité de vie d’habitants paupérisés occupant un vaste espace contesté au centre-ville, agit paradoxalement comme un cheval de Troie adaptant le site à l’ambiance festive du secteur, contredisant partiellement sa mission résidentielle.

Participant
Université du Québec à Montréal (UQÀM)
Professeur