10.00  Un patrimoine qui invite à prendre soin des soignants

What:
Paper
When:
Sunday 05 Jun 09:00   09:00 AM to 09:30 AM (30 minutes)
Discussion:
0

Les Augustines souhaitent que le lieu dédié à leur mémoire — Le Monastère des Augustines (Robitaille, 2009) — soit un lieu d’accueil et de soutien pour les soignants d’aujourd’hui. Leurs pratiques, leurs convictions et leur vision des soins peuvent inspirer des pratiques non confessionnelles — bien qu’ancrées dans l’héritage augustinien — qui permettront de prendre soin non plus des malades, comme elles l’ont toujours fait, mais du personnel du milieu de la santé et des services sociaux.    

Mais comment traduire des savoirs ancestraux sous l’angle de la rupture et de l’adaptation ? Comment transmettre un patrimoine hospitalier et religieux immatériel du « prendre soin », en tenant compte des contingences modernes, sans en travestir le sens ni le figer ?    

Depuis l’automne 2013, la Fiducie du patrimoine culturel des Augustines poursuit une démarche de recherche participative où des praticiens de la santé, des intervenants sociaux et une augustine forment un cercle de cochercheurs. Ils y explorent et revisitent les charismes au cœur de la pratique monacale et hospitalière augustinienne, soit ceux de l’hospitalité, de la vie communautaire, de la vie de prière et du soin (Gélineau, Papin, & Robitaille, Soumis; Papin & Gélineau, Soumis). Avec le soutien de la Fondation Béati, ce travail cherche à tisser des liens entre, d’une part, les besoins et les réalités des soignants d’aujourd’hui et, d’autre part, l’héritage immatériel des Augustines tel que révélé par le travail muséal du Monastère, les récits de vie, les entretiens avec des Augsutines sur le prendre soin, les textes fondateurs ainsi que les artéfacts issus de la riche collection des Augustines. Les objectifs visés sont de penser et d’offrir un espace de ressourcement « la Signature des Augustines » inspiré de cet héritage.    

Dans le cadre de cette communication, nous nous proposons d’exposer les motifs, les modalités, les interventions et les résultats de cette recherche entourant la migration d’une conception du soin aux malades vers celle du « prendre soin du personnel soignant ». Et ceci, afin de perpétuer de façon renouvelée ce patrimoine immatériel — matriciel et symbolique (Lucier, 2012; Poisat, 1999) — des Augustines qui prend sa source dans une mission initiée en 1639.

Participant
UQAR

My Schedule

Add to Your Schedule