Vous êtes connectés en tant qu'organisateur. Cette page est en cache jusqu'à Wed, 01 Dec 2021 13:27:00 GMT. Prévisualisez la dernière m-à-j en cliquant Rafraîchir.
Déconnecter

Inondations printanières de 2017 et 2019 au Québec (Canada): un bilan des conséquences sociosanitaires et des stratégies privilégiées pour promouvoir la résilience des individus et des communautés affectées

Quoi:
Activités participatives
Quand:
13:00, mercredi 16 juin 2021 EDT (1 heure 30 minutes)
Où:
  Session virtuelle
Cette session est dans le passé.

Cliquez ci-dessous pour entrer dans l'espace virtuel.

Entrez dans l'espace virtuel
Comment:

Aux printemps 2017 et 2019, le Québec (Canada) a été durement touché par les inondations. À l’origine de milliers d’évacuations et de résidences inondées, ces inondations ont entraîné d’importantes pertes sur le plan matériel et humain pour de nombreux citoyens résidant en zones inondées.

De par la fréquence et l’intensité des inondations au Canada comme ailleurs dans le monde, il est primordial de mieux comprendre les conséquences sociosanitaires de ce type de catastrophe naturelle. Ces conséquences peuvent être variées, touchant autant la santé physique que la santé psychologique des individus et des communautés, et peuvent perdurer dans le temps en l’absence d’un soutien psychosocial adéquat. Une meilleure compréhension de ces conséquences et des facteurs de risque et de protection qui y sont associés permettrait de mieux se préparer, mieux intervenir et mieux se rétablir lors des futures inondations. Par ailleurs, très peu d’études ont évalué les stratégies d’intervention sociosanitaires mises en place pendant et après les inondations.

C’est dans ce contexte que quelques études ont été menées par des chercheurs provenant de diverses universités du Québec à la suite des inondations de 2017 et 2019. D’abord, une étude mixte (volets quantitatif et qualitatif) a été réalisée dans les six régions du Sud du Québec les plus sévèrement touchées par les inondations printanières de 2019. Le premier volet consiste en une enquête de santé téléphonique conduite six mois après les événements auprès des citoyens demeurant dans les zones inondées, alors que le second volet consiste en des groupes de discussion auprès d’intervenants psychosociaux, de responsables de mesures d’urgence et d’intervenants municipaux. Une autre étude, cette fois réalisée dans des régions éloignées dans l’Est du Québec, s’intéresse aux impacts des événements climatiques extrêmes, notamment les inondations, sur la santé mentale. En mobilisant plusieurs acteurs régionaux, ce type de projet permet de développer des connaissances tant sur les conséquences des inondations sur les individus et les collectivités que sur les facteurs associés à la résilience collective dans un tel contexte. Enfin, une étude qualitative a été réalisée auprès de citoyens de la ville de Rigaud (Montérégie, Québec) ayant été inondés au printemps 2017. Cette étude vise à mieux comprendre les perceptions des sinistrés quant aux services reçus et à la gestion des événements dans le but d’aiguiller les décideurs concernés.

Par la diversité des disciplines, des méthodologies de recherche et des populations étudiées qui seront mises de l’avant, ce symposium se veut une occasion unique de dresser le bilan des impacts et des interventions sociosanitaires des dernières inondations au Québec, de partager des leçons tirées des expériences passées et d’identifier les facteurs pouvant faciliter ou entraver l’efficacité des interventions futures. Il permettra de divulguer des résultats tangibles obtenus à travers la parole des citoyens, mais aussi des acteurs présents sur le terrain, dans l’espoir d’améliorer la résilience des individus et des communautés face aux inondations futures.

Communication 1

Évaluation des impacts sociosanitaires des inondations printanières de 2019 dans les six régions les plus durement touchées au Québec

Contributeurs

Mélissa Généreux, Université de Sherbrooke/Ouranos/RIISQ ; Anne-Lise Lansard, UQAC/Université de Sherbrooke; Danielle Maltais, UQAC/RIISQ ; Philippe Gachon, UQAM/RIISQ

Dans le cadre d’une étude mixte réalisée à travers six régions du Québec durement affectées par les inondations printanières de 2019, une enquête de santé populationnelle a été réalisée six mois après l’événement. Des milliers d’adultes demeurant dans des zones inondées et recrutés aléatoirement ont complété par téléphone un questionnaire administré par une firme de sondage professionnelle (échantillon final estimé à 3000 répondants). D’abord, les caractéristiques démographiques et socioéconomiques, de même que le niveau d’exposition aux inondations des répondants seront décrits. Puis, les conséquences sur le plan de la santé physique (ex. : problèmes de santé respiratoire) et psychologique (ex. : manifestations de stress post-traumatique, troubles anxieux) chez ces individus seront examinées selon les différents niveaux d’exposition (inondés, perturbés ou peu/pas exposés). Enfin, les facteurs de risque et de protection des problèmes de santé associés aux inondations seront présentés.

Communication 2

Les stratégies d’intervention sociosanitaire utilisées auprès des sinistrés suite à des inondations : ce qu’il faut retenir du point de vue des intervenants psychosociaux, municipaux et des responsables des mesures d’urgence

Contributeurs

Danielle Maltais, UQAC/RIISQ ; Anne-Lise Lansard, UQAC/Université de Sherbrooke ; Mélissa Généreux, Université de Sherbrooke/Ouranos/RIISQ

Dans le cadre d’une étude mixte réalisée à travers six régions du Québec durement affectées par les inondations printanières de 2019, 18 groupes de discussion ont été menés auprès de responsables des mesures d’urgence, d’intervenants psychosociaux et d’employés municipaux afin d’identifier les stratégies d’intervention les plus efficaces pour soutenir la résilience des individus et des communautés. La collecte des données a permis d’aborder les aspects suivants : forces et limites des approches et mesures de préparation, d’intervention et de rétablissement mises en place ; leurs retombées positives ou négatives sur la résilience ; facteurs ayant facilité ou nuit à l’implantation de ces mesures. Ces rencontres sont vues comme une occasion de retour d’apprentissages afin de mieux outiller les divers acteurs jouant un rôle dans les interventions post-inondations. Les faits saillants de ce volet qualitatif de l’étude mixte seront présentés, en soulignant les thèmes communs, spécifiques ou divergentes qui en ressortent.

Communication 3

La résilience communautaire lors des inondations : trois études de cas dans de petites municipalités au Québec

Contributeurs

Joanie Turmel, UQAR/CIRUSSS/RIISQ, Typhaine Leclerc, UQAM/CoRSER/RIISQ, Geneviève Brisson, UQAR/GRIDEQ et Lily Lessard, UQAR/CIRUSSS/CoRSER/RIISQ

Les inondations dues aux crues printanières sont des événements fréquents au Québec et, avec les changements climatiques, il est attendu, à court et moyen terme, que leur récurrence, leur imprévisibilité et leur intensité s’accroissent (Ouranos, 2019, MELCC, 2019). Or, la survenue de ces aléas, ainsi que les moyens mitigation et d’adaptation les accompagnant, peuvent être associés à des impacts négatifs pour le bien-être et la santé des populations touchées. Cette communication présente trois études de cas menées dans de petites municipalités rurales de la région de Chaudière-Appalaches, dont deux sont régulièrement touchées par des inondations, afin de mettre en évidence les facteurs et mécanismes ayant soutenu le développement de la résilience communautaire dans ces contextes. Des parallèles avec l’actuelle pandémie seront également établis.

Communication 4

Impacts psychosociaux et leurs stresseurs suites aux inondations de 2019 au Québec: Analyse qualitative de groupes Facebook.

Elsa Landaverde, Université de Sherbrooke/Université de Montréal ;Mélissa Généreux, Université de Sherbrooke/Ouranos/RIISQ

Dans le cadre d’un stage de maitrise en santé environnementale effectué au sein de l’équipe de recherche examinant les impacts sociosanitaires des inondations printanières de 2019, l’analyse qualitative des publications sur des groupes d’entraide Facebook a été effectuée afin d’examiner les impacts psychosociaux et leurs stresseurs après les inondations en 2019. Trois groupes de régions différentes, Outaouais, Beauce et MRC Deux-Montagnes, ont été sélectionnés totalisant 525 publications. Trois grandes catégories ont été explorées : les impacts sur la personne (physique ou psychologique), les stresseurs (primaire ou secondaire) et types d’utilisation des publications. En premier lieu, les impacts physiques et psychologiques les plus rapportés dans les publications seront présentés. Ensuite, les stresseurs ayant affecté le plus les sinistrés seront abordés. Finalement, divers types d’utilisation des groupes Facebook par les sinistrés lors du rétablissement seront discutés.

Conférencier.ère
UQAC
professeure titulaire
Conférencier.ère
Université de Sherbrooke
Conférencier.ère
Université du Québec à Rimouski (UQAR)
Conférencier.ère
Conférencier.ère
Université de Sherbrooke
Professionnel de recherche