You are logged in as an event manager. This page is cached for performance until Wed, 08 Dec 2021 19:13:55 GMT. Preview latest contents by clicking Refresh.
Logout

09.00  Médiation indigène et recomposition des régimes de savoir (exemple du site olmèque d’Oxtotitlán)

Le propos de cette communication est d’analyser les processus de transformation suscités par « la mise en patrimoine » co-construite entre acteurs locaux et institutions dans des sociétés culturellement et socialement minorisées. A travers l’exemple du patrimoine archéologique – la grotte olmèque d’Oxtotitlán (sud-ouest du Mexique), célèbre pour ses peintures pariétales –, nous souhaitons interroger les recompositions des régimes de savoir qui se donnent à travers la médiation indigène au public, en particulier par la jeune génération de nahuaphones qui s’emploient comme guides ou gardiens du site. Les ateliers de co-construction du patrimoine oral, des savoirs historiques, archéologiques, botaniques et anthropologiques – organisés par l’Institut national d’anthropologie et d’histoire (INAH), chargé du patrimoine matériel au Mexique –, ont donné lieu à des reformulations mémorielles différenciées parmi la population nahuaphone d’Acatlán ainsi qu’à des mécanismes générationnels d’appropriation patrimoniale. 

À travers une ethnographie dialogiste et constructiviste, nous chercherons donc à comprendre la manière dont les jeunes acteurs indigènes locaux se sont réapproprié un droit à construire un discours propre sur leur histoire. Quels sont les nouveaux rapports qui se créent aux lieux marqueurs d’ancestralité (comme le site olmèque), dont ils nourrissent également leurs pratiques des « groupes rituels de danse » (Cotlatlatzin, Maromeros) ? Ces recompositions forment-elles des ressources mobilisables qui permettent de conforter une identité collective et/ou de nouvelles formes d’indianité au sein d’un monde globalisé ? En quoi ces formes alternatives de mise en mémoire et ces « imaginaires patrimoniaux » participent-ils au « mode de vie » d’une classe d’âge dont les liens sociaux se tissent au moyen de la participation à une nébuleuse que l’on pourrait appeler le « new age ethnique » ?

Participant
Université de Picardie-Jules Verne
Professeur en Anthropologie