Enhancing the development of phonetic categories in second-language speech perception and production through high-variability phonetic training

Quoi:
Atelier (anglais) / Workshop (English) / Taller (inglés)
Quand:
3:00 PM, mercredi 22 mai 2019 (1 heure 15 minutes)
Discussion:
0

Améliorer le développement des catégories phonétiques
dans la perception et la production de la parole en langue seconde
au moyen de l’entraînement phonétique à grande variabilité

La perception de la parole dans la langue maternelle (L1) est efficace, les auditeurs reconnaissant les consonnes et les voyelles (et enfin les mots) malgré la grande variabilité intra et inter locuteurs qui caractérise le signal de la parole (p.ex. un son donné se réalise de façon différente selon les sons environnants, la position du son dans le mot et la phrase, ainsi que le conduit vocal, le débit, et l’accent du locuteur (p.ex. Bradlow & Bent, 2008 ; Clopper & Bradlow, 2008 ; Trude & Brown-Schmidt, 2012). Afin d’expliquer cette efficacité, des théories de perception de la parole ont proposé que les auditeurs forment des catégories phonétiques de consonnes et de voyelles en encodant les détails acoustiques de milliers d’exemplaires de parole ayant été entendus au fil du temps et en extrayant de ces exemplaires les indices acoustiques qui signalent les contrastes de sens en fonction du contexte dans lequel ces indices se trouvent (p.ex. Goldinger, 1996 ; Johnson, 1997). La capacité des locuteurs natifs à affiner leur perception de la parole selon les informations contextuelles provient entre autres des nombreuses années d’exposition de ces locuteurs à un input riche dans la L1.

La perception de la parole dans une langue seconde (L2) est beaucoup plus difficile, pour plusieurs raisons : (i) au moment où les auditeurs commencent à apprendre une L2, ils ont déjà formé des catégories phonétiques stables et robustes dans la L1, rendant difficile la création de nouvelles catégories phonétiques dans la L2 (p.ex., plus les auditeurs sont exposés longtemps à la L1, plus il leur est difficile de développer des catégories phonétiques s’approchant des catégories ciblées dans la L2) (p.ex. Flege, 1995 ; Flege et al., 2006 ; Flege & Liu, 2001) ; (ii) du moins dans un contexte d’apprentissage d’une langue étrangère, les auditeurs sont peu exposés à la parole dans la L2 et l’input qu’ils entendent est souvent appauvri (c.-à-d. limité dans sa variabilité) et non natif (p.ex. lorsque l’enseignant n’est pas locuteur natif de la langue enseignée).

La question se pose donc de savoir si les enseignants de langues peuvent aider les apprenants de L2 à améliorer le développement des catégories phonétiques, et de quelle façon le cas échéant. Une méthode ayant gagné de la popularité au cours des derniers vingt ans et s’étant avérée fructueuse pour améliorer la perception et la production des consonnes et des voyelles chez les apprenants de L2 est l’entraînement phonétique à grande variabilité (p.ex. Bradlow, Pisoni, Akahane-Yamada, & Tohkura, 1997 ; Huensch & Tremblay, 2015 ; Iverson, Hazan, & Bannister, 2005; Iverson, Pinet, & Evans, 2011 ; Lambacher, Martens, Kakehi, Marasinghe, & Molholt, 2005 ; Lively, Logan, & Pisoni, 1993 ; Logan, Lively, & Pisoni, 1991). Cette méthode améliore la perception et la production de la parole dans la L2 parce qu’elle met l’accent à la fois sur la quantité de l’input et sur la qualité de l’input, menant les apprenants de L2 à développer des catégories phonétiques davantage robustes dans la L2.

Dans cet atelier, je discuterai des différents types d’entraînement phonétique à grande variabilité qui ont été mis au point et leurs influences sur la perception et la production de la parole chez les apprenants de L2, mettant l’accent sur les implications théoriques et les applications pratiques de ces recherches.

Participant
University of Kansas
Ph. D.
Moderateur
UQAM - École de langues

Mon horaire

Ajouter à Mon Horaire comme Favoris